Semaine 9_Où Occitània ouvre ses carnets de bord

Depuis maintenant plus d’un an, toutes nos actions sont documentées à travers un outil de suivi : les carnets de bord. Ils sont diffusés en interne, auprès d’une équipe restreinte, dans le but de partager le suivi des actions, de façon factuelle, mais aussi ressentie.

Pour des raisons que nous expliquerons (peut-être) plus tard, nous expérimentons ici l’idée d’ouvrir ces carnets de bord.

C’est parti.

 

***

Semaine 9

du 25 février au 1er mars

Où les choses s’accélèrent

***

 

 

Rouffignac, l’espace mémoire


Il nous reste 4 semaines pour mener à bien notre mission

Histoire de vous remettre dans le bain : Le 31 mars 1944, la Division Brehmer, à la recherche de groupes de résistants, incendie totalement le village de Rouffignac. Celui-ci sera reconstruit à la fin de la guerre. Mais lorsqu’on ignore cet épisode de l’histoire locale, on peut facilement être surpris par cette « anomalie architecturale », voire même y trouver un certain manque de charme. Or, la physionomie atypique de Rouffignac n’est autre qu’une trace de la bravoure de ses habitants, dont aucun n’a parlé ce jour là. La Commune souhaite aujourd’hui créer un espace mémoire afin de raconter cette histoire. Elle a pour cela fait appel à Occitània creativa.

On continue de « tisser » les fils de ce chantier, et ils sont nombreux : film, diaporama, panneaux historiques, vitrines, demandes de subvention de la Mairie, communication de l’inauguration. Et chacun est composé de nombreuses fibres, les personnes impliquées, les éléments nécessaires (fonds documentaires, entretiens, documents d’archives, textes, images) à récolter, leur utilisation à travers la conception qui doit satisfaire tout le monde, les différents supports à réaliser puis leur installation.

Nous profitons d’un temps de travail avec Raymond (de façon un peu improvisée) pour nous dire où nous en sommes chacun de notre côté.

Pour la Mairie :

– Elle avance sur les demandes de subvention au Département, à la Région et au Ministère des armées. Dans la mesure où nous savons aujourd’hui que c’est la Mairie qui porte le projet de façon globale auprès des institutions, il faudra établir une convention avec le Centre départemental de la Mémoire (CDM) pour que les engagements de toutes les parties soient notifiés et permettre au CDM de participer financièrement comme le projette le budget prévisionnel.

– Raymond a trouvé des « baies vitrées » pour protéger les objets exposés de 2.40 en deux vantaux et qui fermeront à clef : idéal.

– Il n’y aura pas de conférence de presse, nous leur conseillons tout de même de faire un dossier de presse pour inviter les journalistes et notamment France 3 à faire un reportage (on pourra confier à Simon la composition du dossier).

– Nous lui proposons également de lui faire une composition graphique pour les cartons d’invitation à l’inauguration qui reprenne les éléments graphiques de l’espace mémoire. Ce sera imprimé par leur soin puis diffusé selon leurs habitudes.

Pour nous et en général :

– Simon travaille sur l’écran d’accueil du diaporama, il a de très bonnes idées et il fait de nombreuses propositions de compositions qui sont très pertinentes, il y utilise des images d’archives et prend pour principe la déchirure d’un papier.

– Nous faisons le point sur tout ce qu’il nous reste à voir : la cohérence des textes historiques, l’écriture des fiches/notices pour les panneaux dédiés à l’histoire, les compostions des panneaux d’entrée et celui des suites/de la mémoire. Il faut faire le lien avec DG Néon pour les supports (panneaux et lettrage), et le planning de fabrication et de pose, peut-être reprendre les côtes exactes maintenant que le carrelage est posé, faire le lien avec Anne, notre graphiste, pour qu’elle intègre au besoin les ajustements. Voilà, et au vu de tous ces points Christian se fait un planning, il a de nombreux chantiers à mener de front; l’organisation est donc au rendez-vous cette semaine.

– Le matériel de diffusion et toutes les connectiques sont achetés.

– La dame du fonds photographique ne veut pas prêter ses images, elle n’accepte pas le contrat. Nous allons devoir trouver une solution pour compléter le diaporama. On y travaille.

Et nous confions à Simon, l’interview de Raymond, nous lui posons quelques questions, il est filmé, et une fois dans la boîte et de retour au bureau, il travaille au montage image et son. Sa vidéo pourra être ensuite diffusée pour annoncer l’inauguration sur nos différents sites.

***

 

Communauté de Communes Périgord Limousin :
vers l’écriture d’un projet culturel


Encore besoin d’être remis dans le bain ? La Communauté de Communes Périgord Limousin considère la culture comme une ressource précieuse pour un bien vivre en milieu rural. Elle réfléchit donc à l’écriture d’un projet culturel. Elle a, pour cela, fait appel à Occitània afin, dans un premier temps, de créer un dialogue, et d’associer les acteurs culturels du territoire à sa démarche. Le rapport de mission est en passe d’être livré, et nous réfléchissons à une suite éventuelle à notre accompagnement.

Le rapport est envoyé en début de semaine, il est accompagné d’un long mail qui fait état des actions que la communauté de communes pourrait mettre en place aujourd’hui et selon nous pour mener à bien son projet de « politique culturelle » sur son territoire. Nous y expliquons également ce que nous pourrions faire pour eux; nos propositions d’accompagnement. Nous allons jusqu’à évoquer les liens qui pourraient voir le jour avec l’ESS.

Nous recevons un mail de réponse dans lequel Nathalie nous confirme le rendez-vous du 11 mars avec le Conseil départemental et qui dit qu’elle n’a rien contre la conclusion où un ton peu orthodoxe est employé 🙂 et dans laquelle le propos est donné depuis l’expérience de ce qu’il se passe et de ce qu’il pourrait se passer.

***

 

Nontron, itinérance culturelle et patrimoniale


C’est un peu fou cette idée de vouloir prendre des bains aujourd’hui. Bref : la Commune de Nontron souhaite créer, dans ses murs, un circuit d’itinérance touristique. Les richesses historiques, patrimoniales et immatérielles de la ville sont en effet des ressources dont il serait dommage de se priver. Ici, c’est La Botte de Paille qui est chargée de réaliser des scenarii du projet. Amandine et Élodie ont fait appel à Thomas Chenet, d’ANP Périgord pour un appui sur le volet tourisme de l’affaire, ainsi qu’à Line et François pour l’écriture finale du projet.

Amandine et Thomas viennent travailler à l’Escale, ils préparent le Copil de jeudi prochain à Nontron, le déroulé de leur présentation et revoient le contenu des 3 parcours.

Nous échangeons sur ces derniers, leur faisabilité, leurs impacts. Nous en arrivons à nous dire que le troisième, « Nontron légendaire » serait le plus propice pour démarrer un projet phasé sur plusieurs années; il développe une certaine originalité de médiation (faire l’expérience du patrimoine immatériel sur le principe du « livre dont vous êtes le héros »), et dans laquelle on peut ou pourra à loisir intégrer des thématiques fortes, comme celle du couteau.

Ici, l’idée est d’appuyer le parcours sur les ressources, le patrimoine immatériel, d’une certaine façon sur ce qui fait ses identités. Et ça, ça reste un point d’entrée, une base pour les deux autres. Il demande un travail de verdissement, et de nettoyage, un travail de consultation et d’implication des habitants (ça c’est pas un petit boulot), et un peu de signalétique dans un premier temps, on se dit qu’il pourrait aussi y avoir une sorte de prototype de support d’interprétation prêt pour cet été. Mais, pour le moment nous spéculons : il faut attendre que le Copil décide, fasse un choix.

Et justement à ce propos, on reparle des modalités de décisions et du rôle du Copil. Nous prévoyons d’appeler Jean pour lui proposer que la réunion du Copil de jeudi soit un dernier moment de consultation. Nous leur présenterons les trois circuits possibles et travaillerons avec eux les avantages et contraintes. Ils pourront apporter leurs expériences du terrain et seront en mesure, à l’issue, de donner un maximum d’éléments. Nous ferons des synthèses qui aideront la Commune à décider en interne (groupe de travail resserré).

Nous essayons de caler un rendez-vous (le 12 ou le 13 mars). À ce moment là, le parcours sera choisi et nous pourrons travailler ensemble aux éléments techniques nécessaires à la planification de la mise en œuvre du scénario. Ce temps de travail sera l’occasion d’évoquer les impacts voulus sur le territoire, des partenariats à commencer à tisser depuis cette année, des contacts à prendre et des premiers acteurs à rencontrer pour mettre en partage le projet de Nontron. Mais aussi de l’inscrire dans un environnement déjà riche en offres et propositions touristiques (OT, CdC, Département, Superigueux….), faire réseau, se mettre en lien, faire territoire.

Notre travail, une fois cette réunion passée et le passage de relais fait entre l’équipe « diag » et nous, sera de prendre la mesure du projet retenu, lui trouver sa faisabilité :  étude des besoins, budgétisation et planification des actions. Il nous faudra être prêts pour faire voter l’engagement financier mi-avril.

***

 

Collectif ESS Dordogne


Tout baigne n’est-ce pas ? On se fait un petit point ? Le Collectif ESS Dordogne existe depuis 2016. Il se réunit régulièrement et a organisé plusieurs années de suite un événement autour de l’ESS en partenariat avec l’IUT de Périgueux. À la demande de Roland Ribes, principal animateur de ce groupe, occitània creativa prend momentanément en charge l’animation du Collectif.

Nous rencontrons Gabriel Mourguet, Chargé de mission vie associative pour la Ville de Périgueux. Il nous explique son projet de forum de rencontres entre les fondations et les associations. Il nous dit qu’il l’ouvre cette année à l’entreprise. L’idée est d’intégrer les notions de mécénats et de « faire connaissance ».

Nous discutons longuement des associations et du secteur de l’ESS, nous nous posons la question des associations comme des « entreprises de l’ESS ». Nous parlons aussi des coopératives. D’ailleurs, il nous propose de nous réserver un « îlot » pour présenter le collectif ESS et ses membres.

Le collectif ESS, qui a évoqué le fait de participer à cet événement lors de la précédente réunion, sans trop savoir sous quelle forme et à quel titre se voit donc offrir une opportunité.

Nous convenons avec Gabriel de parler de son idée le 5 mars (prochaine réunion du Collectif ESS) et de lui faire une proposition en retour avant fin mai.

***

 

 

 

On remonte en voiture


C’est reparti pour une semaine. De Rouffignac à Nontron, de Périgueux à Thiviers, ou à Jumilhac, les dossiers doivent avancer, les projets doivent voir le jour. On se remet en route, et on espère vous croiser bientôt.

À très vite !

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *