Semaine 10_Où on écrit des scénarii

***

Semaine 10

du 4 au 8 mars

Où on écrit des scenarii

 

À Nontron, à Rouffignac, en Périgord Limousin et sur l’agglo du Grand-Périgueux, ça bouge dans tous les sens, ça bosse dur et les projets avancent.

***

 

 

Immatérielles ressources à Nontron


L’équipe a produit, comme prévu, 3 scénarios d’itinérance au cœur de la ville. Il est temps de les restituer, d’en choisir un et de passer à l’étape suivante : en étudier les modalités de mise en œuvre.

Dernier Comité de pilotage avant le choix par la Mairie d’un scénario pour cette itinérance. Amandine et Thomas présentent donc les trois voies possibles.
Nous observons attentivement les trois propositions et chacun est invité à faire un retour sur ce qu’il pense, ce qu’il voit comme avantages et comme inconvénients.

Nous notons chaque interrogation, chaque remarque, chaque idée nouvelle.

Comme attendu, il nous est demandé s’il n’est pas possible de synthétiser, croiser, hybrider les scénarios. Thomas, réfléchit déjà à une proposition alternative qui mêlerait thématiques porteuses, et originalité des supports de médiation.

Nous avons rendez-vous mardi prochain avec l’équipe municipale, là nous déterminerons ensemble le projet à mener, et nous pourrons ensuite travailler l’étude des besoins, des ressources et la planification pour la mise en œuvre du projet et ce dès 2019.

***

 

Séjours résistants


Deux moments de notre semaine, nous permettent d’avancer sur notre projet de séjour résistant et de nous préparer à la réunion de jeudi prochain avec le groupe tourisme :

En compagnie de Thomas nous rencontrons Olivier Peny, de l’association « La mémoire de nos pères ». Il nous présente l’activité de son asso, et notamment sur le site de Durestal. Nous lui racontons notre projet de séjour immersif, et il accepte que nous fassions un « test » lors du week-end de reconstitution les 20 et 21 juillet prochain.

Nous lui demandons également s’il serait d’accord pour participer à un groupe de travail sur le thème de la Résistance. Il en est un acteur majeur en Dordogne, en lien avec tous les réseaux, il est une véritable ressource, et donc incontournable pour nous.  Nous nous sentons sur la même longueur d’onde pour ce qui est de la démarche : on se rencontre, on se parle, on voit les différents acteurs et on prend la mesure, on essaie de faire quelque bricoles ensemble, on se file peut-être des coups de main et on voit comment on s’entend.

Voilà, en somme, ils sont engagés et travaillent depuis des années, et si on a des choses à leur apporter, peut-être en terme de valorisation de leurs actions et de leur implication, il nous faudra nous aussi leur donner à voir ce qu’on fait. On se dit donc qu’on doit pouvoir trouver à articuler nos compétences et savoirs-faire. En tout cas, nous c’est sûr, on a besoin d’eux. On a pas fini d’en parler 🙂

Et puis, toujours avec Thomas, on voit Martine Chauvineau, directrice adjointe de Superigueux. On devait lui présenter notre projet une fois qu’il aurait évolué, c’est chose faite. Nous évoquons ensemble l’opportunité de s’intéresser au tourisme de mémoire, ainsi que des nouveaux sites à valoriser sur le territoire autour de cette thématique.

Thomas réfléchit également à des propositions d’animations pour les scolaires, et pour un public d’excursionnistes. Là, typiquement c’est lui qui peut être à la manœuvre, il a la compétence et bosse avec le Comptoir des sports nature pour toutes ces animations. Ce qui nous fait dire qu’il va nous falloir les rencontrer également pour voir ensemble comment on se complète, comment chaque structure trouve son espace pour mettre en œuvre ses compétences.

Coopération, quand tu nous tiens 🙂

Et là, c’est pas de la théorie.

| Suivre le projet |

***

 

Rouffignac, l’espace mémoire


Le rythme s’accélère. On garde tous les éléments avec lesquels il nous faut jongler, et on y ajoute un Comité de pilotage, une séance d’entretiens filmés, et des textes à faire valider par le Conseil scientifique.

Tout le monde se mobilise pour partager les infos et intervenir selon ses compétences. En fin de semaine, après de longues heures à travailler à faire le lien entre les intervenants, à relire, écrire, ré-écrire, des textes, des fiches, à chercher des visuels, des légendes, des sources, et bien, on a peut-être pas fini, mais on touche au but, encore deux grosses journées à travailler autour de ces panneaux et après on peut passer à autre chose.


Et notamment au film. Là Christian, va encore être sur le pont.

Mais aussi, un peu, sur la communication, nous avons à reprendre deux trois détails sur le carton d’invitation et les documents pour la presse.

On le sait, c’est un gros challenge, on sent que les fils se resserrent sur le métier, le motif commence à apparaître, il nous faut être attentifs et délicats, précis et concentrés et surtout souples et calmes, pour que tout se passe sans trop d’accroc et ce jusqu’au 31 mars 🙂 .

***

 

Communauté de Communes Périgord Limousin :

vers l’écriture d’un projet culturel


Nous sommes sollicités pour transmettre une partie du rapport, celle qui concerne la phase de concertation. Nous débattons avec avec Nathalie : est-il opportun de ne transmettre qu’une partie du travail ?

Nous aurons l’occasion d’y réfléchir ensemble la semaine prochaine : nous ferons le point avec la Commission culture, mais aussi avec les services culturels du Département.

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *