Semaine 11_Où on termine, où on commence

 

***

Semaine 11

du 11 au 15 mars

Où on termine, où on commence

***

 

Rouffignac, l’espace mémoire


Il nous reste 2 semaines pour mener à bien notre mission

Et autant dire une semaine dans le speed, on se concentre sur les panneaux :

– leur fabrication, les supports, les tailles, les jonctions (on revoit les délais avec DG Néon, on se donne donc un peu de marge pour bien faire le travail),
– leur contenu, les textes, les fiches, les images, les légendes, tout n’est pas bouclé, il y a encore du travail de collecte d’info et d’écriture.

Et puis, on entame, un immense chantier qui dit « relecture », on y reprend tout, on le fait deux fois, et il y aura une troisième tournée en début de semaine avec pour mot d’ordre : on ne laisse rien passer, ce doit être nickel, sans accroche.
Pour la petite histoire, on y travaille tout le weekend 🙂 depuis tôt, et jusqu’à tard 🙂

Ce à quoi on ajoute le travail fourni pour la communication qui n’aura presque servit à rien parce que les rôles de chacun n’étant pas trop déterminés par avance, on se trouve face parfois à des prises de position ou des choix mal compris. Expérience.

***

 

Séjours résistants


C’est la reprise pour le groupe, voilà de longues semaines que nous ne nous sommes réunis au complet.

Alors, c’est l’occasion de raccrocher les wagons pour tout le monde. On se donne des nouvelles de ce qui a été fait, de qui nous avons vu, de que nous sommes dit. Sandra nous apprend qu’il serait possible de rencontrer un résistant, de nous entretenir avec lui et pourquoi pas de filmer son témoignage ? Ce qui donne à Ambre l’opportunité de sortir sa caméra pour faire ce travail.

Nous discutons longuement sur notre positionnement dans un paysage aux nombreux acteurs implantés et légitimes.Nous nous rappelons à nous même que notre entrée principale est celle de la médiation du patrimoine historique, culturel, immatériel que représente l’Histoire de la Résistance en Dordogne.

Nous travaillons également sur les scénarios, sur leurs aspects pratiques et organisationnels, puis sur des aspects plus « écrits », nous réfléchissons à son récit, ses fondements, ce qui pourrait se dérouler, la mission, et dans quel rôle nous plaçons notre participant.

Et puis, on se donne quelques devoirs :
– nous continuons à travailler avec le terrain et ses acteurs (rencontres, compréhension, transmission, ajustements),
– nous élaborons et préparons « un jeu-test » pour le week-end de reconstitution du 20 et 21 juillet au maquis de Durestal.
– nous nous préparons à la rédaction d’un document/dossier de présentation de notre projet, nous avons aujourd’hui suffisamment d’éléments concrets à articuler au concept de base.

Enfin, Ambre propose de documenter la création d’un séjour touristique, de suivre la démarche pour en faire un objet qui communique et valorise le travail de l’équipe, on est tous d’accord.

***

 

Communauté de Communes Périgord Limousin :

vers l’écriture d’un projet culturel


C’est la semaine où on boucle notre mission avec la Communauté de Communes.

Ça commence par un bilan avec les services du Département, ça passe par une restitution à la commission culture  pour se terminer par l’impression de trois exemplaires reliés et envoyés par courrier.

Alors, qu’est-ce qu’on se dit avec Nicolas au Département ? Nous ne pouvons préjuger de l’engagement financier que la collectivité pourra allouer au projet. Il y a deux niveaux de projets :

– Un niveau interne, qui charrie les problématiques liées aux équipements, la lecture publique et à l’organisation générales des « services culturels », autrement dit des problématiques structurelles et coûteuses.
– Un niveau externe, qui est apparu avec la concertation et qui dit : le territoire fourmille d’acteurs culturels qui ne demandent qu’à mieux se connaître, qu’à travailler ensemble, qu’à œuvrer pour un bien vivre sur ce territoire. Ici, les problématiques de mise en œuvre sont plus contextuelles et ne nécessitent pas d’argent, mais du temps et de l’énergie (animation et jusqu’à la coordination de réseau ?).

Aujourd’hui, il serait envisageable de privilégier le second axe de travail pour, dans un premier temps, répondre à la sollicitation qui a émergé du terrain, et pour montrer que les actions en faveur de la culture ne sont pas forcement coûteuses.

Et le soir, en commission culture, que s’est -il passé ? Nous partageons notre rapport avec les élus présents et après avoir rapidement balayé les deux premières parties pour re-contextualiser, nous prenons le temps d’échanger et de travailler sur les recommandations. Nous convenons qu’il serait bon, dans un premier temps, de travailler avec les acteurs et de répondre à leur demandes d’inter-connaissance. Puis, nous évoquons la transmission des conclusions du rapport au Conseil communautaire. Nous convenons qu’il vaudra mieux avoir un temps de présentation, en préambule d’une session, qui donnera le temps d’expliquer ce que le travail montre du territoire. On se dit qu’il serait bien que le rapport soit envoyé en son entier à toutes les mairies par mail, et que soient imprimées la synthèse et les recommandations pour le jour de la restitution.

Nous nous quittons sur des volées de remerciements. C’est presque dur ce moment, on a un peu de mal à se quitter (mais il fait froid sur le parking, ça aide à rejoindre l’auto).

***

 

 

Immatérielles ressources à Nontron


Dernier temps de travail pour Amandine, Élodie et Thomas, aujourd’hui, il s’agit de conduire le groupe de travail resserré à la Mairie à choisir un scénario d’itinérance. Nous sommes partis la semaine précédente avec une demande d’hybridation de plusieurs scénarios. Thomas, fait donc une proposition un peu alternative; un scénario 4 qui consiste à reprendre la base du 3ème avec un peu plus de contenus historiques et une plus grande variété de supports de médiation (livre dont vous êtes le héros, énigmes, panneaux à, manipuler, etc).

Nous revenons sur des points essentiels d’objectifs pour garder en mémoire que ce qui sera choisi devra répondre à ces points : attentes, impacts, à l’interne et à l’externe, revalorisation de la cité et retombées économiques , publics, etc.

Et une fois ces points ré-évoqués et bien présents à tous les esprits, le groupe choisit d’aller vers une convergence du scénario 3 et du 4. Nous pouvons maintenant nous atteler à l’écriture de sa réalisation.

Nous avons trois semaines pour tracer le plan de mise en œuvre, avec étude des besoins, des ressources et phasage puis planification. Pour mener à bien ce travail, il nous faut faire un temps avec l’équipe 1 pour récupérer un maximum de données et prendre la mesure de ce qu’ils avaient vu, projeté dans leur écriture : les points emblématiques à travailler et les sources documentaires à intégrer.

On va donc voir Thomas puis appeler Amandine et enfin certainement demander à William de nous faire une ou deux cartes pour illustrer notre « plan de vol ».

***

 

 

Collectif Occitània creativa


Et oui, on a aussi fait ça cette semaine, toute une demie-journée consacrée à l’aventure de mise en relations pour notre groupe d’entrepreneurs. Et entre un super déjeuner, durant lequel on a bafeillé à loisir et un peu rigolé, et une soirée à boire des verres et à beaucoup ricaner, nous avons conduit une super séance de travail qui aura balayé de façon efficace les points suivants :

– les chantiers pour la structuration: la charte, que nous décidons d’orienter vers un contenu « us et coutumes » et la création des associations supports.
– la prise de connaissance des différents projets et missions portés et effectuées par les différents membres : le séjour résistant, la création du circuit touristique à Nontron, les films documentaires (in-flux et la révolution des cantines), un point sur l’expérimentation en PNR.
– les modalités d’utilisation de la marque Occitània creativa.
– l’utilisation de l’argent qu’il reste sur le budget AMI et que nous devons solder.

Bientôt, très vite, un compte-rendu 🙂 dans lequel tout sera détaillé.

***

 

 

Collectif ESS Dordogne


Bernard Bianchi, nous a fait passer ses notes de la dernière réunion, elles feront un parfait compte-rendu. Nous reprenons la liste de Roland pour l’envoi, mais là, il y a tout un travail à faire pour la rendre utilisable : constituer un tableur et y entrer une par une toutes les adresses pour ensuite en faire une mailing-list. Et là, pour nous c’est pas le moment du tout de s’attaquer à ce genre de travaux. Alors, nous lui demandons de bien vouloir encore une fois relayer le mail et le Compte-rendu.

La prochaine réunion aura lieu le 2 avril.

***

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *