Semaine 24_Où on repère les lieux

***

Itinérance nontronnaise



Mercredi 12 juin
14h00

Nous avons rendez-vous devant la Mairie avec les professionnels métiers d’art pour faire ensemble le tour de la ville, repérer les lieux.

Lorsque nous arrivons il pleut des cordes, nous apercevons un groupe d’une douzaine de personnes, ils arborent impers, k-wais, parapluies et bottes, ils traversent à grands pas la place Agard, ce sont eux. Ils nous font signe de les retrouver au café en attendant le retour d’une éclaircie.

On se gare.

***

 

Le groupe se constitue

Autour de la table de nouvelles têtes, on se présente, on reparle du projet et de ce qui nous rassemble : concevoir un signe simple et contemporain, une signature pour Nontron, puis l’intégrer à des réalisations Métiers d’art qui seront installées de façon à guider le visiteur dans sa découverte de la ville.

Un coup d’œil par la fenêtre et nous y allons.

***

 

On arpente, on observe, on partage nos visions

Équipés du plan du cheminement proposé lors de la phase d’étude du projet, nous convenons de traverser la dizaine de points d’intérêt de la Ville et d’y regarder où et comment pourraient être installés cette signalétique.
Nous notons également les endroits qui sont des passages, des espaces de circulation qui mènent d’un point à un autre.

Voie de Thame et son projet de réhabilitation, place Agard et l’Office du tourisme, rue du Grand-Puy Bayet et son décor « bord de mer », place du canton et sa vie de quartier encore perceptible, la place des Mobiles, les ruelles, les viaducs, les marches, la coutellerie, le château, escaliers, remparts, fontaines, jardins, Bandiat, vierge noire, usines, balustres, marronnier,…, ça monte, ça descend, c’est ça Nontron.

Quelque chose nous habite tous, ça se dit dans nos mots, ça se voit dans nos yeux. Qu’est-ce que c’est que ce ça ?

Une envie d’entrer dans ce tourbillon qui ne se donne pas au premier coup d’œil ?
Une sensation curieuse qui advient au moment où notre regard traverse les apparences ? au moment où des usines en ruines résonnent et nous font entendre les machines, les mécanismes, les rouages ou la fin de la journée de travail, le bruit des pas de celles et ceux qui retrouvent leur maison dans la ville basse, le bruit de leurs conversations, leur brouhaha plein de vie ?

Et on essaie de compter le nombre de signes nécessaires à la découverte de la ville.

***

 

Et maintenant, comment on avance ?

Notre balade se termine par un temps de discussion au PEMA (Pôle Expérimental des Métiers d’art), l’occasion de nous accorder sur les prochaines étapes: la création de ce signe/symbole et la rédaction d’un cahier des charges pour se lancer dans la réalisation des pièces. Chaque professionnel se verra confier la production d’un certain nombre de support pour ce signe.

Ils se donnent rendez-vous le 10 ou le 11 juillet pour mettre en commun ce qu’ils auront fait émerger comme idée et travailler ensemble à la finalisation du signe.
Le cahier des charges devrait se rédiger en parallèle.

Nous entrevoyons le démarrage de la phase de réalisation en automne.

***

 

***

2 Replies to “Semaine 24_Où on repère les lieux”

  1. Enfin, on rencontre les artisans d’art 🙂
    Depuis le temps qu’on parle d’eux, qu’on rêve de les voir envahir et revisiter la ville.
    Trop cool !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *