semaine 26_Où on a eu chaud

 Au café du commerce, Serge, il pourrait dire :

– Bah, ils nous en font toute une histoire. Ils arrêtent pas au poste, des heures en boucle à écouter la même salade.
C’est bon pour nous rendre bindots. Comme si on était trop cons pour pas s’en rendre compte et pas savoir quoi faire !  Il fait chaud, et il va faire chaud, la belle nouvelle ! Mais c’est de circonstance, non ? c’est l’été quand même.
Des heures et des heures de commentaires et même des enfants qui vont pas à l’école, non mais franchement, nous, il pouvait bien faire chaud, on y allait quand même à l’école et à pied !

– oui peut-être, arriverait à suggérer Sylvie, mais, faut bien faire de la prévention…, un peu.

– tu parles de prévention, jolie manière de nous prévenir, sûr, ce qui va se passer après tout ça; on va payer. Payer pour une taxe carbone ou je ne sais pas trop quoi, voilà. Comme si on allait arrêter le réchauffement climatique en taxant toujours les mêmes, ceux qui bossent et doivent prendre leur bagnole pour ça ? 
On en parle ou pas des milliers de cargos qui traversent tous les jours les océans pour nous vendre tout un tas de trucs venus de d’autre côté de la Terre ? Trucs et machins qu’on achète grâce à nos salaires gagnés parce qu’on prend notre foutue bagnole cinq jours par semaine.
On en parle ou pas ?
Il finirait par dire : 
Et, ils polluent pas, ces cargos, hein ?

– Mais, comment faire autrement, c’est comme ça et il nous faut bien répondre à nos besoins ?

Serge hausserait les épaules, peut-être même qu’il lèverait un peu les yeux au ciel :
– ah, mais alors, si c’est pour combler nos besoins, ça change tout. Aller roule ma poule !

***

Capitalisme et pulsion de mort – Gilles Dostaler et Bernard Maris. 2010.

***

Y a pas de rapport ?


Vendredi 28 juin
23h30

Mais si, y a un rapport. Du moins administratif avec son cortège de budget réalisé et d’attestations de tous poils nécessaires au bon fonctionnement de la cellule financière. Et nous, nous sommes préoccupés par son niveau de satisfaction ; notre solde de soutien financier de la Région en dépend.

Alors voilà, des semaines que ça nous tient éveillés, attentifs, que nous allons de tentatives en effacements (la vie d’un tel document est une histoire en elle-même), que nous enchainons les lignes d’actions, et les lignes de rédactions et nous y parvenons, c’est bel et bien terminé, nous bouclons.
Nous envoyons un rapport et un dossier de près de 40 Mo de documents annexes.

On ne le « donnera » pas ici, pas en l’état, nous avons envie de travailler encore un peu le contenu, le propos, ce qu’on y raconte et surtout comment. 

On se saisit de l’opportunité de l’été, et de ces longues journées à rester au frais (selon les conseils de Serge) pour préparer une version « augmentée ».

Rendez-vous à la rentrée.

 

***

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *